ETUDE DE FAISABILITÉ POUR LA MISE EN PLACE D’UN PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT RURAL BASÉ SUR LA CHASSE DURABLE ET LE TOURISME RURAL EN LANGUEDOC-ROUSSILLON

 

 Le Languedoc-Roussillon présente un potentiel cynégétique riche et varié. L’évolution des populations de grand gibier (plus de 50.000 sangliers, 12000 chevreuils et 1200 cerfs prélevés en 2007), la diversité des modes de chasse (à la hutte, à la passée, au chien courant, au chien d’arrêt, à l’approche ou à l’affût) et des types de gibier (gibier de montagne, gibier d’eau, gibier migrateur, grand gibier, petit gibier sédentaire de plaine), rendent le territoire particulièrement attractif sur le plan cynégétique.

La région se caractérise également par un secteur agricole et une ruralité dynamique. Les acteurs du monde rural sont nombreux et diversifiés (viticulteurs, agriculteurs, éleveurs, forestiers, artisans, commerçants, hôteliers, restaurateurs et entrepreneurs du monde rural), authentiques et attachés à leur patrimoine. Pourtant ce territoire rural régional présente un développement contrasté [3] : des zones côtières riches et porteuses d’un développement centré sur le tourisme, et des zones de hauts cantons marqués par une déprise agricole et rurale.

 

Dans ce contexte, une étude de faisabilité pour la mise en place d’un programme de développement rural basé sur la chasse durable et le tourisme rural a été financée par la Région Languedoc Roussillon et le Fonds Social Européen, et menée de Août 2006 à juin 2007. Elle repose sur une étude de marché, une expertise sur les modes de fonctionnement envisageables sur les plans juridique et administratif et finalement sur une évaluation de l’impact économique d’une éventuelle filière.

 

L’étude conclue à la faisabilité technique et administrative de la mise en place d’un filière conciliant chasse durable et tourisme rural. L’implication de 100 à 200 sociétés de chasse dans une filière chasse et tourisme permettrait respectivement de générer des flux financiers évalués à hauteur de 46600 à 93200 € dans l’hôtellerie, de 78900 à 157800 € dans la restauration, pour 196000 à 392.000 € de flux financiers cumulés. De façon indirecte, l’implication de 100 à 200 sociétés de chasse dans une filière chasse durable et tourisme rural permettrait de générer ou de maintenir de 200 à 400 emplois sur les territoires ruraux du Languedoc-Roussillon.

 

Au delà des flux financiers générés, cette filière permettrait non seulement d'accueillir des chasseurs extérieurs à nos départements, mais également, d'accueillir des chasseurs de notre région souhaitant avoir accès à de nouveaux territoires. In fine, c'est l'activité économique et sociale (restauration, tourisme, guides, hôtellerie) des territoires ruraux qui serait maintenue voir dynamisée en arrière saison.

 

Dès 2010, en Lozère, et en 2011 dans l'Aude et les Pyrénées Orientales, les fédérations départementales se lancent dans des filières organisées sous forme de plateformes en collaboration avec les réseaux gites de France et bienvenue à la ferme. 


Téléchargez l'étude de faisabilité "Chasse Durable & Tourisme Rural"

 


[1] Schéma Régional de Développement Touristique, CRT
[2] Document Régional de Développement Rural Languedoc-Roussillon (FEADER) 2007 – 2013
[3] Shéma Régional d’Aménagement et de Développement du Territoire