La culture à but faunistique et environnemental, un outil privilégié d’aménagement du territoire, pour le maintien de la faune sauvage.

Le dispositif « cultures faunistiques » a été initié il y a de nombreuses années par les acteurs cynégétiques de la région, afin de favoriser les populations de petite faune de plaine et de fournir une alternative au développement des friches.

Les sociétés communales de chasse mettent en place chaque année plus de 2000 ha de cultures à but faunistique et environnemental sur toute la région Languedoc-Roussillon.

La création de cultures à but faunistique contribue au maintien des milieux ouverts et créé des milieux de vie, de refuge, d'alimentation et de reproduction favorables. Cette action permet la revalorisation biologique des milieux fermés ou en cours de fermeture.

  La plaquette: Semez de la biodiversité avec les cultures faunistiques

Des intérêts pour la faune sauvage

  • Source de nourriture directe (graines, parties vertes, fleurs), ou indirecte (développement des insectes dont se nourrissent les poussins de nombreuses espèces d'oiseaux).
  • Couvert servant de lieux de vie, refuge pour la faune

Recommandations

  • Implanter plusieurs cultures faunistiques en réseau afin de favoriser une mosaïque d’habitats sur le territoire ciblé
  • Préférer les parcelles de surfaces réduites (avec une superficie comprise entre 30 et 100 ares)
  • Utiliser des semences rustiques, favorables à la faune et adaptées aux conditions locales(étude en cours à la FRC LR sur les semences).
  • Diversifier en implantant en mélange de graminées (blé, seigle, sarrasin, fétuque) et/ou légumineuses (luzerne, mélilot, sainfoin, trèfle, vesce) et/ou crucifères (moutarde, colza) et/ou espèces fleuries ( Vipérine, bleuet, coquelicot) ou en bandes.
  • Maintenir une bande végétale non travaillée et non ensemencée d’au minimum 1 mètre en bord de parcelle afin de créer un effet lisière. Quelques éléments fixes de type buisson, arbuste ou arbre peuvent également être maintenus sur la parcelle.
  • Semer à des doses inférieures aux normes agricoles pour que le couvert soit clairsemé pour laisser la place aux espèces spontanées (flore des champs, plantes messicoles). Cela évite également la persistance de l'humidité et facilite le déplacement des animaux.
  • Travailler très superficiellement le sol pour ne pas trop perturber le milieu.

Les cultures faunistiques ont de nombreux intérêts, comme par exemple :

  • elles contribuent à capter les eaux de ruissellement et les intrants lessivés.
  • elles assurent de meilleures connexions et contribuent à la restauration ou au maintien de la trame verte
  • elles permettent d’augmenter la surface en infrastructure agroécologique sur une exploitation agricole
  • elles embellissent le paysage et limitent le risque incendie
  • elles participent à la conservation de nombreuses espèces d’intérêt patrimonial (Outarde canepetière, Aigle de Bonelli,…)

Association de chasse, collectivité, agriculteur, aménageur,…n’hésitez pas à nous contacter pour tout conseil/renseignement sur l’implantation de cultures faunistiques (diagnostics préalables à l’implantation, définition du mélange d’espèces adaptées,…):

Lucie Gillioz, Chargée de Mission Agro-Environnement
Fédération Régionale des Chasseurs du Languedoc-Roussillon
Tél : 04 67 73 27 70

Depuis 2003, le Conseil Régional du Languedoc-Roussillon soutient ce programme, venant ainsi récompenser et labelliser les efforts des chasseurs, en faveur de l’aménagement des espaces naturels et ruraux.